DIY

DIY magnets – Pimp ton frigo !

Il était temps. Oui, il était temps de relooker un peu mon frigo, car j’étais en train de me lasser des magnets qui vieillissaient à vue d’oeil. Comme souvent, je me suis aidée du plastique fou pour en créer de nouveaux et donner une toute autre direction à son apparence !

J’ai utilisé : 

  • Une feuille de plastique fou blanche
  • 3 crayons : un bleu, un rose, un violet
  • Un feutre noir
  • Un pinceau, des ciseaux
  • Un vernis
  • Des magnets
  • De la colle glue

La 1ère étape consiste à colorier toute la feuille de plastique fou. Je me suis rendue compte en testant ce DIY qu’il fallait très peu appuyer sur les crayons de couleur afin d’avoir des couleurs très pâles, très pastel : pour ma part la cuisson les a rendues bien plus foncées, et je voulais avoir des magnets plutôt clairs. J’ai donc disposé les 3 couleurs aléatoirement sur la feuille, en essayant de les fondre entre elles le + possible (et en dégradant avec mes doigts !).

Puis j’ai dessiné des cristaux avec le feutre noir sur la feuille de plastique fou. J’avais dessiné des modèles sur une feuille de papier avant pour éviter de me tromper, et les ai recopiés par transparence. Ensuite j’ai découpé mes formes, puis ai suivi les instructions présentes sur le mode d’emploi du plastique fou pour faire rétrécir mes cristaux.

Une fois sortis du four, je les ai vernis puis ai collé les magnets à l’arrière avec de la colle glue. Et voilà !

tag

TAG : Liebster Awards

J’ai eu la bonne surprise d’être nominée aux Liebster Awards par La Méditerranéenne. Merci beaucoup à toi ! :-).

Le principe, plutôt cool, consiste à partager 11 faits/anecdotes sur soi ; à répondre aux 11 questions qu’aura préparé la personne qui nous nomine ; puis à poser à son tour 11 questions à 11 personnes de notre choix.
Ça permet non seulement d’en apprendre plus sur certains blogueurs, mais aussi d’en découvrir de nouveaux, tout simplement. Au fait, ce TAG n’est pas fermé, chacun peut le faire s’il en a envie !

liebster-award1

11 faits sur moi :

  • J’ai eu un énorme coup de coeur quand j’ai découvert la cuisine indienne. Pleine de goûts, tellement savoureuse… j’adore !
  • Quand j’étais petite, je préférais me déguiser en sorcière qu’en princesse.
  • Avant, mes pêchés-mignons étaient le couscous et les macarons. Pas de chance, j’ai appris il y a peu que je suis intolérante au gluten et aux amandes ^^
  • La plupart de mes plus beaux souvenirs se sont passés à la campagne, dans une « vieille » maison au milieu des champs, entourée de plus de fleurs et d’arbres qu’il n’y a dans le parc à côté de chez moi ^^
  • J’espère un jour gagner au loto pour concrétiser les 1001 idées de shooting photos que j’ai (dans des lieux et des tenues somptueuses et hors de prix… ahah).
  • Le seul Disney que j’aimais étant petite était Mulan.
  • J’aime la sagesse amérindienne, pleine de sens et de beauté.
  • J’ai beau avoir de l’imagination, la complexité des rêves farfelus que je fais la nuit m’hallucine toujours…
  • J’aimerais avoir une immense véranda type « jardin d’hiver » avec plein de plantes… sauf que je n’ai pas spécialement la main-verte ^^ (ni de véranda, soit-dit en passant).
  • La Bretagne et le Pays-Basque sont 2 endroits que j’aime particulièrement. Il y a une atmosphère particulière qui me touche, en plus de la beauté des lieux…
  • Même bourrée de tiques, j’aime toujours autant la nature, c’est-à-dire énormément !

Les 11 questions de La Méditerranéenne

  • Quelle est votre plus belle rencontre ?
    Alors là, c’est vraiment dur de choisir ! Je suis reconnaissante pour toutes les belles rencontres que j’ai pu faire… ma plus belle rencontre la plus récente est celle d’un jeune homme formidable qui est devenu mon compagnon.
  • Le samedi soir, vous êtes plutôt tisane et au lit ou soirée débandade entre copines ?
    Je suis plutôt tisane et au lit, « grâce » à la maladie de Lyme !
  • Votre indispensable Makeup ?
    Un beau rouge à lèvres.
  • Je vous offre 3 souhaits…  ?
    Avec plaisir ! Mes souhaits sont plutôt classiques… que ma santé s’améliore, que je puisse voyager, que je puisse travailler sans avoir ma santé qui se mette en travers de ma route.
  • Votre film préféré ?
    Nausicäa de la vallé du vent, de Hayao Miyazaki.
  • Votre plus grosse galère ou plus grand moment de solitude ?
    Bon, ça c’est pas trop compliqué… mon errance médicale ! Pendant que je souffrais, que j’étais démunie face à mes incapacités et qu’on me disait que ce n’était qu’un peu de stress. Ou que je m’écoutais trop… hum…
  • La personne ou personnalité qui vous inspire le plus ?
    Je dirais Daniel Balavoine ! Pour sa bonne bouille et ses chansons engagées. Bon, plus sérieusement, il avait l’air d’en avoir dans le ventre, n’hésitait pas à dire ce qu’il pensait même si ça devait gêner, faisait de l’humanitaire, des chansons à textes… après, le problème avec les personnalités c’est qu’on sait d’elles ce que l’on nous montre…
  • Votre enseigne Mode préférée ?
    En ce moment, je dirais Bershka.
  • Quel est votre meilleur souvenir ?
    Je pense que ça serait un voyage que j’ai fait avec une amie, une sorte de road-trip en campant à travers 2 ou 3 régions en France… on est parties assez longtemps et c’était juste formidable.
  • Vos bonnes résolutions pour la suite de 2017 ?
    Je n’en ai pas tant que ça en fait, les résolutions ce n’est pas vraiment mon truc. Mais si je devais en trouver une, ce serait simplement de plus me faire confiance et de moins écouter les autres.
  • Quelle est votre devise, votre façon de penser ?
    Il y a une citation qui résume bien ma façon de penser : « La vie est faite d’échecs et de recommencements, mais l’important, c’est que le feu brûle et que la rose fleurisse » – T.S Elliott.

IMG_3709i - copie

Et les 11 questions pour celles qui voudraient participer ! 

  • Quel est ton plat/recette préféré(e) ?
  • Quel est le parfum qui détrône tous les autres pour toi ?
  • Cite une des plus grosses prises de conscience que tu aies pu avoir !
  • Quel est l’artiste qui t’inspire actuellement ?
  • Qu’est-ce qui te révolte le plus actuellement ?
  • Cite une série ou un film dans lequel tu aurais pu jouer ! (histoire similaire, personnage qui te ressemble… ou série/film que tu adores)
  • Si tout était possible, où te verrais-tu habiter dans l’avenir ?
  • Au niveau vestimentaire, quelle période de l’Histoire t’inspire/t’attire le plus ?
  • Qu’est-ce qui t’a poussé à créer un blog ?
  • Pour quelle cause serais-tu capable de t’activer ?
  • Quel est ton « geste santé préféré » ?

Et les blogs que je nomine :

Merci encore à La Méditerranéenne ! 😉

Mes petites recettes de lymée

Mes 3 encas favoris

Peut-être que certain(e)s d’entre-vous savent que lorsque l’on souffre d’une maladie, on a parfois un « réglage alimentaire » qui va avec. Celui-ci peut varier selon les constitutions, les médecins/nutritionnistes, même selon les croyances individuelles… honnêtement, c’est un vaste programme qui a tendance à me donner le tournis ! Depuis que j’ai appris ce que j’ai, j’ai du changer d’alimentation une bonne dizaine de fois… au fur et à mesure j’ai appris quelles étaient mes intolérances alimentaires (et non allergies), quels aliments ne me convenaient pas le temps de mon traitement, etc.

Pour la gourmande que je suis, ça a été difficile (et ça l’est encore parfois). Alors que je trouve des astuces, je me dis que ça peut peut-être intéresser d’autres personnes que moi connaissant elles aussi des restrictions ; j’ai envie de partager mes découvertes. (Je précise que je n’ai pas fait d’études dans le domaine de l’alimentation, je cherche simplement ce qui peut me rendre la vie plus agréable avec toutes mes restrictions ; à chacun de vérifier ce qui peut lui convenir ou pas.)

Donc voici 3 petites « recettes » que je fais en guise d’encas. Elles me sont adaptées car elles sont sans sucre « ajouté », sans gluten – sauf traces peut-être, sans produits laitiers pour certaines, sans levure, sans oeuf, sans amandes… 

#1 : Les tartines noisette-cacao 

J’ai utilisé :

  • Du pain des fleurs à la figue
  • De la purée de noisettes
  • Du cacao en poudre (sans rien d’autre dans la composition)

J’ai mélangé dans un bol environ 4 càs de purée de noisettes, et 1 càs de poudre de cacao. En fait, je mets d’abord la purée de noisettes selon la quantité de « tartinade » que je souhaite, et je rajoute progressivement le cacao en fonction du goût. Le pain des fleurs à la figue est une belle découverte, il n’y a dedans que de la farine de riz et de la poudre de figue, et le goût est extra.

#2 : Les pommes-cannelle 

J’ai utilisé :

  • Une pomme
  • De la cannelle en poudre
  • Du ghee

Pour la petite histoire, je ne suis pas intolérante ou allergique aux produits laitiers ; je dois éviter d’en manger pour d’autres raisons, mais je peux de temps en temps me permettre de prendre un peu de beurre, par exemple. Pour faire mieux, j’utilise du ghee ou beurre clarifié : apparemment il ne contiendrait plus – ou presque plus, de lactose et de caséine. J’ai donc fait fondre un peu de ghee, que j’ai mélangé avec de la cannelle. Puis, dans un petit plat j’ai mélangé les rondelles de pomme découpées précédemment avec cette mixture. Une fois les pommes bien recouvertes de ghee et de cannelle, je les place au four à 200°C quelques minutes.

#3 : La banane coco-caroube

J’ai utilisé :

  • 1 banane
  • De la caroube en poudre
  • De la noix de coco sans sucre, sans rien d’autre encore une fois dans la composition 🙂

Cet encas est la simplicité même. Je découpe une banane (ou je l’écrase), et je la mélange avec un peu de poudre de caroube et un peu de noix de coco. Je trouve que ça l’aromatise et permet de changer un peu !

DIY

DIY « dream-catcher » cosmique

style sneakers

J’adore les dream-catchers, et à force d’en voir absolument partout, j’ai eu envie d’en réaliser un. Sauf que j’ai eu une image dans mon esprit qui changeait un peu de ce qui inonde mon Pinterest… un dream-catcher d’inspiration un peu « cosmique« , et qui n’est plus un dream-catcher à proprement parler puisqu’il n’y a plus la toile caractéristique au centre d’un cercle. Mais l’idée me plaisait, elle me semblait en plus moins chronophage (même si quand on aime on ne compte pas, n’est-ce pas !)… alors je suis passée à la réalisation !

J’ai utilisé : 

  • Un cercle à broder
  • Des rubans de différentes couleurs
  • Du tissu noir 
  • De la peinture : rouge, doré, blanc, violet clair… 
  • Une vieille brosse à dents
  • Une paire de ciseaux 
  • Un cure-dents

Tout d’abord, j’ai découpé un carré dans un tissu noir plus grand que le cercle à broder. J’ai disposé les différentes couleurs sur une palette, et commencé par faire les étoiles avec la peinture blanche et la brosse à dents. J’ai éloigné la brosse à dents pour faire l’ensemble des petites étoiles, et l’ai rapproché vers le centre pour faire des points un peu plus gros et ainsi imiter la voie lactée. Avec les peintures rouges, dorées, violettes, j’ai rajouté quelques petites touches ci et là. Une fois le tissu sec, j’ai placé le cercle à broder au-dessus pour délimiter mon travail. Avec le cure-dents j’ai formé quelques étoiles plus grosses, puis quelques constellations choisies selon mes goûts.

Pendant que le tissu sèche, j’ai coupé les rubans : des plus longs pour les disposer au milieu, et des plus courts pour les extrémités. Une fois que j’en ai réuni assez, j’ai commencé à les disposer en faisant une boucle comme sur les photos.

Je n’avais plus qu’à placer le carré de tissu dans le cercle à broder, puis à couper l’excédent à l’arrière.

dream-catcher-12

Maladie & errance médicale

Me réconcilier avec la naturopathie ?

img_8563-copier-copieUn vaste programme, et là-dessus, seule la vie va vraiment décider pour moi. Si dans le fond, je suis toujours autant attachée au monde de la naturopathie qu’il y a quelques années, lorsque je l’ai découverte – en surface c’est plus compliqué. Au début, je me délectais des blogs de naturopathes et de certains livres. Profonds, permettant de redécouvrir des savoirs ancestraux, oubliés et pourtant efficaces, défiant toute logique. Écrits avec passion, sérieux et méthodologie. Mais alors que tout cet univers faisait rire les gens et énoncer directement le terme de charlatanisme ; ces dernières années ont été décisives et ont vu émerger la « mode du bien-être ».

De nouvelles formations ont fleuri, plein de nouveaux thérapeutes, autant de personnes s’exprimant sur le sujet. Des courants, des phrases ont commencé à m’agacer. J’ai découvert aussi à quel point l’intolérance faisait partie de certains de ces gens-là. Je voulais m’instruire, et je lisais un discours culpabilisant et même parfois méprisant ! N’est-ce pas l’effet inverse que devrait créer l’éducation à la naturopathie ? Ne devrait-on pas allier bien-être et bienveillance ? C’est au même moment que mon état de santé a connu une chute encore plus spectaculaire que celle qu’elle connaissait déjà. C’est aussi au même moment que ma formation en naturopathie commençait. Drôle de timing, et pas des plus heureux. Apprenant et connaissant alors de nouvelles techniques, j’ai essayé ce que je n’avais pas encore essayé (c’est-à-dire, pas grand chose).

S’il y a eu de bons thérapeutes, il y a les « moins bons », non pas parce qu’ils avaient moins de savoir… parce qu’encore une fois derrière l’accompagnement que j’aurais du trouver, j’ai en fait senti et entendu des paroles que j’ai oubliées tellement elles ont pu m’énerver ou me blesser. C’était le genre à me faire comprendre que j’avais mal fait les choses, que j’avais un karma tout pourri, que décidément j’étais bien faible, et surtout que tout s’expliquait évidemment par ce qu’il y avait dans ma petite tête et mon petit cœur tout noir. Il y a eu la goutte qui a fait déborder le vase ; je ne sais plus quand elle est tombée mais à partir de là, j’ai fait une overdose de ce qui aurait du m’aider. Je revois les visages de ces thérapeutes ne se rendant même pas compte qu’il leur manquait l’humilité, la place au doute, l’ouverture d’esprit. Pour ne rien arranger, j’ai découvert aussi que certains croient dur comme fer au fait que la naturopathie peut tout régler, tout soigner (alors que soigner n’est d’ailleurs pas le but, il me semble, cela ne concerne que les professionnels de la santé). Ils diront « on ne peut pas soigner tous les malades », en expliquant que certains ne veulent pas guérir par exemple.

Que dire ? Suis-je vraiment la seule sur cette planète à rester imparfaite malgré tous mes efforts ? À garder au coin du cœur quelques blessures, petites ou grandes ? À vouloir me faire plaisir parfois avec ce que m’offre la vie, comme un bon plateau de fromage ? Non, définitivement non ! Je n’ai jamais dit à qui que ce soit que mon but dans la vie était de devenir une sainte, d’être parfaitement pure, d’être dans la perfection. Mais cette croyance est bien ancrée, certains affirment que les émotions sont la cause de tout quand on n’arrive pas à expliquer autrement le mal, et là… ils agissent juste pareil que tous ces médecins contre lesquels ils s’insurgent, voire condamnent.

Je pourrais encore beaucoup parler sur ce que j’ai vu, entendu, et compris. Mais ce n’est pas vraiment mon but. Mon but, c’est de me réconcilier moi-même avec la naturopathie. Car il n’y a pas que ça. Quand on est physiquement très affaibli, le mental s’écroule lui aussi, et ce chamboulement global que j’ai connu m’a fait vivre des choses dont je ne me serais pas vraiment doutée. Impossible pour moi d’entendre parler de maladie ou d’un minime souci de santé par exemple. Overdose là aussi, mais pas que. Je me suis rendue compte que lorsque mon traitement agissait, ça allait presque comme sur des roulettes, comme avant où je pouvais accompagner un proche à l’hôpital sans trembler… et lorsque j’étais en rechute, parler d’un ongle incarné aurait pu me faire perdre connaissance ! Difficile de travailler dans ces conditions…

J’ai cru avoir complètement perdu mon amour pour la naturopathie. J’ai cru ne plus être intéressée, curieuse, du tout. Il est vrai que si j’avais pu trouver un peu de bienveillance dans tout ça, ça m’aurait probablement aidée. Je n’ai trouvé que solitude. On peut être malade, aller vers des gens qui prônent la bienveillance, et se sentir encore plus rejeté… à raison. Parfois je me dis qu’il faut le vivre pour le croire, pourtant je ne souhaite à personne de le vivre. J’aurais aimé éviter les jugements alors que j’étais au plus mal, j’aurais aimé au moins être entendue, j’aurais aimé sentir qu’on m’écoutait, j’aurais aimé trouver plus d’humilité.

Même si je ne sais pas ce qu’il en est aujourd’hui pour moi, étant donné que mes études sont au point mort – car comment dire… la maladie emporte tout ce qu’elle peut, y compris la concentration, mon QI et tout le reste. Le traitement aide – parfois beaucoup -, mais il est contraignant et prend beaucoup de place, de temps. Cependant, je continue à appliquer ce que je sais, à être touchée par ce qui a trait à la santé, à l’environnement. J’ai continué à croire en l’efficacité des mesures de prévention ou d’aide de la naturopathie alors que depuis des années je m’acharnais et que rien ne bougeait quoi que ce soit pour moi… jusqu’au jour où je me suis rendue compte que j’aurais eu besoin de puissants anti-infectieux. Ce n’est pas beau, quand même ? Combien s’en seraient désintéressé, se seraient dit que « ça ne marche pas » ?

Alors lorsque ça va, lorsque je sens que je suis capable de me replonger dans mes cours alors que j’ai tout oublié, que je pense avoir travaillé pour rien, que je vais sûrement louper le coche de l’examen, que je ne peux plus aller en cours, que me replonger là-dedans est difficile puisque ça me rappelle des comportements qui m’ont enfoncée au lieu de m’aider… quand ça va, je fais, et j’essaye de me ré-ouvrir aux bienfaits que j’y trouve, pour moi. Car malgré tout, il y en a eu, et j’ai bon espoir qu’il y en ait de nouveau.

Wishlist

Coups de Coeur Etsy

etsy

Et voici mes coups de coeur Etsy du mois ! Les articles qui m’ont tapé dans l’oeil, que j’ai mis en favoris, et qui sait… que je pourrai peut-être un jour m’offrir. Je commencerai par la bague Bambi, tellement mignonne et surtout réglable ! (Détail qui a son importance lorsqu’on connaît la taille de mes doigts, une taille enfant pour tout dire ^^).

1. Pin’s dino – Oelwein – 10,00 €

2. Print Lune – BirchBliss – 15,58 €+

3. Porte-clés glace – SoCroch – 12,00 €

4. Trousse de maquillage ethnique – Latelierdesfenomen – 24 €

5. Plastron bohème – Ladiejaneclothes – 20,00 €

6. Bague Bambi réglable – Goldkindmanufaktur – 13 €

7. Collier Saturne – purplewyvernjewels – 9,73 €

8. Housse de coussin Nature – CornerBalcony – 8,60 €

9. Dessous de verre agate – GeodeInTheRough – 24,35 €+

10. Collier arbre de vie labradorite – FragmentsdEtoile – 26,90 €

DIY

DIY collier « mandala »

Il y a quelques temps, j’ai flashé sur toutes les estampes « mandala » que l’on peut trouver sur les sites de perles/mercerie/loisirs créatifs. J’avais eu cette idée d’en utiliser une pour faire un collier un peu dans le style « attrape-rêve«  à ma façon (et depuis, on en trouve partout dans les boutiques, partout sur internet… mais c’est ainsi. Et ça ne m’a pas empêché de m’en faire un pour le plaisir !).

collier1

J’ai utilisé :

  • Une chaîne dorée d’1m environ
  • Des pinces à bijoux (pince plate, pince à bouts ronds, pince coupante)
  • 2 breloques plumes dorées
  • 1 breloque plume rose
  • Des perles dorées et roses
  • 2 perles à écraser dorées
  • 6 anneaux dorés ouverts
  • Du fil blanc fin
  • Une estampe dorée mandala
  • Un fermoir
  • De la colle glue

J’ai commencé par réfléchir à la disposition des breloques, puis par créer les « lignées » de perles. J’ai décidé d’en faire 2, aux côtés de la breloque plume rose. Pour cela, j’ai coupé du fil blanc en prenant 2 fois la longueur que je souhaitais. Puis j’ai fait une boucle à l’intérieur de l’estampe, afin que deux longueurs de fil retombent. J’ai enfilé les perles sur ces 2 longueurs de fil, puis arrêté le tout avec une perle à écraser.

Ensuite, j’ai placé les breloques grâce aux anneaux ouverts et aux pinces. L’avantage ici, c’est qu’il y a plein de dispositions différentes à faire ! Pour consolider les retombées de perles, j’ai posé un point de colle sur la perle à écraser et le fil (que j’ai coupé juste après la perle). J’ai coupé la chaîne de la longueur voulue (68 cm pour moi, pour un sautoir qui descend assez bas) ; puis placé un anneau à une extrémité de la chaîne – et un anneau + le fermoir à l’autre extrémité. Il ne restait plus qu’à fixer le mandala au milieu de la chaîne avec un anneau. Et voilà, ce collier a de quoi réchauffer mon petit coeur meurtri par le froid de l’hiver ! (pas d’exagération, non, jamais… :D).